2033, APRÈS DIX ANS D’EXIL AU MONT-SAINT-MICHEL, LE RETOUR DES DOCTORANT·E·S DU HAR !

24 et 26 mai 2023

Attention, changement de date : le voyage au Mont-Saint-Michel aura lieu le 26 mai et non plus le 25.

Le séminaire se déroulera en deux temps

Mercredi 24 mai : journée d’études à Nanterre, bâtiment Weber, salle séminaire 2.
Invité : Mathieu Lours, historien de l’architecture, spécialiste des cathédrales, de l’histoire des religions et du patrimoine religieux. Professeur agrégé d’histoire, enseignant en classe préparatoire aux grandes écoles et à l’université de Cergy-Pontoise.

Vendredi 26 mai : voyage d’étude au Mont-Saint-Michel.
Visite de l’exposition La demeure de l’archange avec les commissaires, Mathilde Labatut (conservatrice des Monuments Historiques, DRAC Normandie)et Brigitte Galbrun (conservatrice des antiquités et objets d’art (CAOA), département de la Manche).

Appel à communications

Dans la perspective de la journée d’études du séminaire des doctorant·e·s du HAR, qui sera suivie d’un voyage au Mont-Saint-Michel, le texte qui suit commence par une petite histoire, à deux doigts de la coupure de presse sensationnaliste.

En 2023, pour célébrer les 1000 ans de la reconstruction de l’abbatiale romane du Mont-Saint-Michel, les doctorant·e·s du HAR avaient prévu de passer une journée dans ce haut lieu de l’histoire des arts et des représentations. Toutefois, le retour ne fut pas aussi simple que prévu : alors qu’ils et elles étaient sur place, la Manche monta plus haut que jamais ! Cet effet dramatique du changement climatique sur ce lieu historique empêcha tout espoir de retour immédiat sur le continent.

Après dix ans d’isolement, voilà qu’aujourd’hui les doctorant·e·s peuvent enfin revenir sur le campus. C’est à cette occasion que le laboratoire HAR, heureux de retrouver son équipe après un séjour malencontreusement prolongé, organise un colloque en grande pompe – petits fours compris – au cours duquel toutes et tous pourront se retrouver, et surtout, un colloque où les plus-si-jeunes chercheurs et chercheuses pourront rendre compte de toutes les découvertes effectuées au cours de cette étrange mise en exil !

Dans la tradition du « Séminaire des doctorant·e·s », nous vous proposons de participer à une journée d’études qui visera à explorer la production et les résultats des travaux que cet exil pourrait engendrer. Les thèmes abordables sont vastes, et seulement effleurés par notre petite coupure de presse fictive : à titre indicatif, voici quelques axes de réflexion possibles. Par exemple, les risques que le changement climatique fait courir au patrimoine, les changements nécessaires à apporter à nos pratiques de recherche, l’exigence d’un nouveau système de liens par lesquels rattacher ce territoire à la côte, les effets de l’immersion nouvelle des lieux sur les pratiques artistiques (théâtre et cinéma inclus) et sur les méthodes de recherche… les sujets ne manquent pas. Mais nous ne nous arrêterons pas là. Si votre sujet de thèse ou la porte de votre frigo comprennent une vue ou une mention du Mont-Saint- Michel, venez nous en parler ! Ensemble, (re)découvrons donc ce lieu mythique sous toutes les formes que notre laboratoire de recherche explore – histoire de l’art, esthétique, cinéma et théâtre – en ancrant nos réflexions dans des thématiques d’une actualité brûlante, du bouleversement climatique à la question de l’exil.

Dans la continuité studieuse et festive de cette première journée, nous vous proposons dans un deuxième temps un voyage d’études au Mont-Saint-Michel, articulé autour de la visite de l’exposition dédiée aux mille ans de la reconstruction de l’abbatiale, en présence des deux commissaires de l’exposition. Quoi de mieux qu’un petit périple commémoratif pour poursuivre nos échanges, apprendre à mieux nous connaître, et apprendre de ces lieux. Ce voyage sera financé pour les intervenant·e·s. de la journée d’étude.

Au-delà du récit d’anticipation, c’est la réunion des membres du HAR dans un moment d’échange et de convivialité, après plusieurs années de complications, que nous fêterons. Nous vous attendons donc nombreux·ses, doctorant·e·s, professeur·e·s et membres du HAR !

Vous pouvez envoyer vos propositions (2000 caractères maximum) pour la journée d’étude jusqu’au dimanche 7 mai 2023 à doctorantshar@gmail.com

Bande dessinée : histoire d’artistes, histoires de médias

11 et 12 juin 2024

Appel à communications

Crédits : <a href="https://storyset.com/people">People illustrations by Storyset</a> 

En 1974, Angoulême consacre la bande-dessinée comme 9ème art à l’occasion de son premier festival international. Cinquante ans plus tard, ce médium hybride dans sa dimension à la fois artistique et littéraire est au cœur de nos vies et repousse sans discontinuer les limites de la case étroite dans laquelle la BD avait été assignée. Manga, comic book, roman graphique ou bande-dessinée franco-belge, la narration illustrée touche un public toujours plus conséquent et aborde des thématiques tout aussi riches. Il est désormais loin le temps où l’on abandonnait Tintin et ses amis pour de “vrais livres”. Mais alors que la bande dessinée est célébrée et institutionnalisée, comment intégrer cet art populaire dans l’histoire de l’art ? Qu’y a-t-il de nouveau à dire du rapport entre BD et art quand, dès 1990, le MoMA l’inscrit clairement dans sa continuité avec l’exposition High and Low: Modern Art and Popular Culture (New York, MoMA, 7 octobre 1990 – 15 janvier 1991) ? Comment aborder un univers allant des fantaisies oniriques de Winsor McCay et son Little Nemo, aux réflexions prospectivistes et écologistes de Christophe Blain et Jean-Marc Jancovici et leur Monde sans fin ? Quid de la liberté de ton et de forme héritée des artistes ayant contribué au légendaire Métal Hurlant ou de l’impact culturel et visuel des productions américaines et japonaises ? Comment les auteur·ices, dessinateur·ices et coloristes parviennent à renouveler leur art ? A l’heure du numérique, comment la bande-dessinée intègre la technologie comme mode de production, d’édition et de distribution ? Autant de questions dont nous serions bien en peine de faire le tour…

Néanmoins, à l’occasion du séminaire des doctorants du laboratoire HAR (Histoire des Arts et des Représentations), nous souhaitons offrir aux chercheur·euses et aux acteur·ices du milieu, l’occasion de réfléchir au statut de la bande-dessinée aujourd’hui et dans le passé. Au travers des différentes interventions, plusieurs dimensions seront à l’honneur. Qu’est ce que la bande-dessinée et comment la définir ? Qu’il s’agisse d’écriture, de dessin, de technique ou d’édition, la manière dont cet objet se construit au croisement de disciplines artistiques sera l’objet de nos réflexions. Cette même intermédialité de la bande-dessinée nous pousse également à interroger son rapport aux autres arts (peinture, cinéma, architecture, etc.) de même qu’à l’histoire des arts et des artistes dont la nature historique se trouve soudainement confrontée à une transposition “fictive” constituée de cases, de bulles, de cernes et de gaufriers. Enfin, s’il est convenu que la bande-dessinée est effectivement le 9ème art, sa présence en galeries et dans les musées fera l’objet de discussions à l’aune des nombreux événements lui étant consacrés cette année, notamment l’exposition Bande Dessinée (1964 – 2024) (Paris, Centre Pompidou, 29 mai 2024 – 4 novembre 2024), curatée par Emmanuèle Payen et Anne Lemonnier dont la dimension historiographique a de quoi exciter la curiosité du milieu universitaire.

Ce séminaire consacré à la bande-dessinée s’inscrit au cœur des réflexions portées par les chercheur·euses du laboratoire HAR en raison de la richesse d’approches et l’intermédialité qu’offre un tel objet d’étude. Le programme sera réparti en trois temporalités : deux journées d’étude les 11 et 12 juin 2024 et une visite de l’exposition Bande Dessinée (1964 – 2024) au Centre Pompidou (date à confirmer).

Nous souhaitons ainsi faire de cette journée d’études un moment d’échange entre étudiants professeurs, artistes et commissaires. Nous vous attendons donc nombreux·ses !

Vous pouvez envoyer vos propositions de contributions créatives et / ou scientifiques (2000 caractères maximum) avant le 20 mars à l’adresse mail suivante :  doctorantshar@gmail.com

2033, APRÈS DIX ANS D’EXIL AU MONT SAINT-MICHEL, LE RETOUR DES DOCTORANT·E·S DU HAR !

24 et 25 mai 2023

Appel à communications

Dans la perspective de la journée d’études du séminaire des doctorant·e·s du HAR (24 mai), qui sera suivie d’un voyage au Mont Saint-Michel (25 mai), le texte qui suit commence par une petite histoire, à deux doigts de la coupure de presse sensationnaliste.

En 2023, pour célébrer les 1000 ans de la reconstruction de l’abbatiale romane du Mont Saint-Michel, les doctorant·e·s du HAR avaient prévu de passer une journée dans ce haut lieu de l’histoire des arts et des représentations. Toutefois, le retour ne fut pas aussi simple que prévu : alors qu’ils et elles étaient sur place, la Manche monta plus haut que jamais ! Cet effet dramatique du changement climatique sur ce lieu historique empêcha tout espoir de retour immédiat sur le continent.

Après dix ans d’isolement, voilà qu’aujourd’hui les doctorant·e·s peuvent enfin revenir sur le campus. C’est à cette occasion que le laboratoire HAR, heureux de retrouver son équipe après un séjour malencontreusement prolongé, organise un colloque en grande pompe – petits fours compris – au cours duquel toutes et tous pourront se retrouver, et surtout, un colloque où les plus-si-jeunes chercheurs et chercheuses pourront rendre compte de toutes les découvertes effectuées au cours de cette étrange mise en exil !

Dans la tradition du « Séminaire des doctorant·e·s », nous vous proposons de participer à une journée d’études qui visera à explorer la production et les résultats des travaux que cet exil pourrait engendrer. Les thèmes abordables sont vastes, et seulement effleurés par notre petite coupure de presse fictive : à titre indicatif, voici quelques axes de réflexion possibles. Par exemple, les risques que le changement climatique fait courir au patrimoine, les changements nécessaires à apporter à nos pratiques de recherche, l’exigence d’un nouveau système de liens par lesquels rattacher ce territoire à la côte, les effets de l’immersion nouvelle des lieux sur les pratiques artistiques (théâtre et cinéma inclus) et sur les méthodes de recherche… les sujets ne manquent pas. Mais nous ne nous arrêterons pas là. Si votre sujet de thèse ou la porte de votre frigo comprennent une vue ou une mention du Mont Saint- Michel, venez nous en parler ! Ensemble, (re)découvrons donc ce lieu mythique sous toutes les formes que notre laboratoire de recherche explore – histoire de l’art, esthétique, cinéma et théâtre – en ancrant nos réflexions dans des thématiques d’une actualité brûlante, du bouleversement climatique à la question de l’exil.

Dans la continuité studieuse et festive de cette première journée, nous vous proposons dans un deuxième temps un voyage d’études au Mont Saint-Michel, articulé autour de la visite de l’abbatiale romane dont nous commémorons les mille ans de la rénovation. Quoi de mieux qu’un petit périple commémoratif pour poursuivre nos échanges, apprendre à mieux nous connaître, et apprendre de ces lieux. Ce voyage sera financé pour les intervenant·e·s. de la journée d’étude.

Au-delà du récit d’anticipation, c’est la réunion des membres du HAR dans un moment d’échange et de convivialité, après plusieurs années de complications, que nous fêterons. Nous vous attendons donc nombreux·ses, doctorant·e·s, professeur·e·s et membres du HAR !

Le séminaire se déroulera en deux temps.
Mercredi 24 mai : journée d’études à Nanterre, bâtiment Weber, salle séminaire 2
Jeudi 25 mai : voyage d’étude au Mont Saint-Michel

Vous pouvez envoyer vos propositions (2000 caractères maximum) pour la journée d’étude jusqu’au dimanche 2 avril 2023 à doctorantshar@gmail.com

Regards croisés sur l’œuvre de Walter Benjamin

Journée d’étude du Séminaire des doctorant.e.s du HAR

Vendredi 11 février 2022
Université Paris Nanterre, bâtiment Max Weber, salle séminaire 2

Programme

  • 9h00 : Ouverture
  • 9h30 : Tanguy Gatay – HAR, Histoire de l’art – Voyage, guerre et exil.
  • 10h00 : Giuseppe Crivella – HAR, Esthétique – Prolégomènes à toute imagologie future. Y a-t-il une philosophie de l’image chez Walter Benjamin ?
  • 10h30 : Pause
  • 11h00: Quentin Mur – LLCP, Philosophie – La poético-dialectique “bourreau-victime”. Dialogues croisés entre Walter Benjamin et Georges Bataille.
  • 11h30 : Hubert de Rivals – HAR, Esthétique – Le concept de porosité chez Walter Benjamin.
  • 12h00 : Beatriz Sánchez Santidrián – HAR, Esthétique – Sur les pas de Benjamin. La culture des vitrines et la société de consommation.

Philosophe, historien de l’art et critique littéraire, Walter Benjamin est l’auteur d’une œuvre aussi considérable que protéiforme, dont la pensée contemporaine hérite à de nombreux égards.

Étudiant engagé dans les années 1910 en faveur d’une réforme de l’université, il rêve alors de devenir critique littéraire. Sa thèse de doctorat, consacrée aux poètes et philosophes de l’Athenaeum, est publiée dès 1920. Huit ans plus tard, une thèse d’habilitation peu orthodoxe – sur l’origine du drame baroque allemand, à la croisée de plusieurs disciplines – lui ferme les portes de la carrière académique. Commence alors un parcours intellectuel et existentiel singulier. Spécialiste de la mystique juive, il manque de peu un voyage à Jérusalem. Marxiste, il revient déçu d’un voyage à Moscou. Passionné par Baudelaire, qu’il traduit, il découvre à Paris les fameux passages qui nourriront sa réflexion pendant une dizaine d’années. Cette réflexion conduit à la parution de Paris, capitale du XIXe siècle (1939), où l’auteur analyse l’articulation de l’esthétique et du politique à travers l’urbanisme, l’architecture, le commerce, et la poésie. Dans son texte le plus célèbre, L’Œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique (1936), il scrute la condition moderne de l’art (peinture, photographie, théâtre, cinéma) à partir de ses nouvelles composantes techniques. C’est enfin dans son recueil de notes, Sur le concept d’histoire, qu’il s’emploie à interroger en profondeur la méthodologie des sciences humaines, ainsi que des notions comme celle de « matérialisme historique ».

De sorte que cette pensée puissante, libre et engagée sur la voie de problématiques diverses qui sont toujours les nôtres, réclame d’être méditée par notre laboratoire interdisciplinaire, afin d’en mesurer et d’en prolonger les apports, d’en éclairer les présupposés et, peut-être, d’en réfuter certains aspects. C’est pourquoi nous vous proposons, chères doctorantes et chers doctorants du HAR, de confronter votre travail de thèse à certains textes ou idées de Walter Benjamin, que ce soit pour en défendre la pertinence dans le cadre de vos propres recherches, pour approfondir l’une de ses thèses ou l’une des vôtres, ou encore pour entrer dans un rapport polémique avec lui.

Ce sera aussi l’occasion pour les doctorants et pour les membres du HAR de vous rencontrer, et pour nous tous de faire converger nos travaux et d’entamer une conversation autour de cet auteur, par lequel nous espérons provoquer une émulation générale.


Organisation : Jeanne Dorn, Séverine Guillet, Jim Schrub, doctorant.e.s.
Contact : doctorantshar@gmail.com

Appel à communications PROLONGATION! nouvelle date limite de soumission des propositions: 20 janvier

COMPOSITION, COMPOSITION,
FIGURES ET ESPACES DU TEMPS

Journée d’étude transversale du séminaire des doctorant.e.s du HAR

vendredi 7 février 2020
Bâtiment Paul Ricœur, Salle des conseils
Université Paris Nanterre

Dans le cadre des activités organisées par les doctorant.e.s du HAR, une journée d’étude transversale est organisée le 7 février 2020 et propose de s’intéresser aux temporalités de la composition et de son revers : non-composition.

Précisons le terme de « composition ».

  1. Gilles Deleuze et Félix Guattari écrivent dans Qu’est-ce que la philosophie ?1: « Composition, composition c’est la seule définition de l’art. La composition est esthétique, et ce qui n’est pas composé n’est pas une œuvre d’art […] la composition esthétique est le travail de la sensation. » Cette citation est extraite du chapitre “Percept, affect, concept”. S’il y a progression en art, c’est parce que l’art ne peut vivre qu’en créant de nouveaux concepts et de nouveaux affects comme autant de détours, retours, lignes de partage, changements de niveaux et d’échelle.
  2. Pour l’anthropologue Tim Ingold, l’espace intermédiaire dont il est question suggère des échanges constants entre « la conception [design] et le faire [making]2», dans l’effort humain pour la compréhension du monde « partagé entre une physicalité donnée et sa valorisation par l’activité humaine. » Dans les phases de création, il se perd et se gagne quelque chose entre le moment où se forme l’image fulgurante de l’idée dans l’esprit du créateur et la réalisation physique et matérielle sur la toile, sur le papier, sur l’écran. Que se passe-t-il dans cet « entre-deux » ?

Dans Composition, non-composition3, l’architecte et historien de l’architecture Jacques Lucan déploie une histoire des théories de la composition en architecture, clef de lecture pour comprendre des architectures contemporaines qui, s’affranchissant de la composition, héritière des beaux-arts, tenteraient divers processus (agrégatifs, littéraires, objectifs…) comme autant de dépassements des principes compositionnels.

En prenant pour point de départ ces deux conceptions de la composition, l’une largement esthétique (principe de mise en œuvre artistique, poïesis), l’autre plus précisément formelle (la composition comme principe de hiérarchie et de régularité, de mise en équilibre…), nous proposons d’interroger à nouveau les temporalités et les phases de tout ordre, à travers leurs mises en formes, mises en espaces, incarnations et représentations. S’il s’agit de mettre en jeu l’imaginaire ou l’histoire des groupes au présent, la notion de composition est-elle toujours opérante dans l’élaboration d’un commun ? Compose-t-on les espaces de la mémoire ? Compose-t-on avec les espaces – temps de la création ? Compose-t-on les paysages ? Qu’en est-il de la ville, espace palimpseste mais aussi espace en devenir ? Si ces questionnements peuvent s’envisager pour l’architecture, à l’échelle de la ville comme à celle de l’édifice, qu’en est-il de la scène, de l’écran, du tableau ou encore des espaces virtuels ?  À travers l’étude des formes et des objets incarnant les temps partagés, nous entendons mener une réflexion résolument transdisciplinaire, réunissant chercheurs et doctorants et jeunes docteurs des différents horizons scientifiques et artistiques concernés ainsi que plusieurs intervenants extérieurs.

1 DELEUZE, Gilles, GUATTARI, Félix, Qu’est-ce que la philosophie ?, Paris, Éditions de Minuit, 1991.

2 INGOLD, Tim, Faire – Antrhopologie, Archéologie, Art, Architecture, Belleveaux, Éditions Dehors, 2017, p. 138.

3 LUCAN, Jacques, Composition, non-composition : architectures et théories, XIXe – XXe siècles, Presses polytechniques et universitaires romandes, Lausanne, 2009.

Mots-clés et axes de proposition :

Composition, non-composition, espace, geste, perception, sensation, perspective
Temps, temporalités, processus, poïesis
Architecture, espace scénique, écran, tableau, espace virtuel
Territoire, ville, paysage
Arts de la mémoire, mémoire et création
Mémoire, Post-mémoire, histoire et mémoire, mémoires multidirectionnelles, mémoires de groupe, conflit des mémoires, concurrences mémorielles
Transmission, récits, fabrique du commun
Architecture et patrimoine, patrimonialisation des architectures et des espaces
Paysages de la mémoire, mémoires urbaines
Peinture et mémoire
Corps, scène et performance

Modalités de participation

Cet appel s’adresse à tou.te.s les doctorant.e.s et jeunes docteur.e.s de notre laboratoire et des structures partenaires, toutes disciplines confondues.

Les propositions peuvent être de différentes formes : communications, intervention artistique, table-ronde…

Envoyer, au format PDF de préférence, une rapide proposition (environ 500 mots), munie d’un titre, ainsi qu’une rapide « biobibliographie » à l’adresse suivante : doctorantsHAR@gmail.com

Calendrier

– Date limite de soumission des propositions : mercredi 8 janvier 2020.

– Date de la journée d’étude : vendredi 7 février 2020, à l’Université Paris Nanterre (Bâtiment Paul Ricœur, Salle des conseils).

Valorisation des travaux

Pour ceux et celles qui le souhaitent, les textes des interventions seront publiés sur le carnet de recherche du séminaire, consultable à l’adresse suivante : https://semidochar.hypotheses.org , sous la rubrique « Contributions au séminaire ». De même, des captations audio pourront être réalisées lors de la journée puis mises en ligne.

Organisation administrative et scientifique :
Florian Bulou Fezard, Anne-Charlotte Depincé, Hubert de Rivals, pour les doctorant.e.s du HAR.

Image : Croquis tchouktche représentant les différents chemins dans le monde des morts. Extrait de Bogoras (1904-1909, p. 335). Tim Ingold, Une brève histoire des lignes, Bruxelles, Zones Sensibles, 2012, p.77.

« Mémoires collectives […] » : captations audio (3/6)

Nathalie Cau : “Réserves – La fête de Pourim de Christian Boltanski (Bâle 1989) et les festivités de Pourim dans le camp DP de Landsberg-am-Lech en 1946 : carnaval, chimères et performances”

Journée d’études « Mémoires collectives et représentations : arts, transmission et patrimoines communs », 6 février 2019.

Écouter l’intervention de Nathalie Cau :

Programme de la journée d’études du 6 février 2019

“Mémoires collectives et représentations : arts, transmission et patrimoines communs”

Dans le cadre du séminaire des doctorants et jeunes docteurs du laboratoire HAR (Université Paris Nanterre), nous sommes heureux de mettre en ligne le programme de la première journée d’études de cette année.

Intitulée “Mémoires collectives et représentations : arts, transmission et patrimoines communs”, elle se déroulera le mercredi 6 février 2019, de 11h à 17h, dans la salle des conseils du bâtiment L “Paul Ricœur” de l’Université Paris Nanterre.

Ponctuée par un déjeuner au cours duquel les doctorants présents auront l’occasion de discuter avec plusieurs chercheurs titulaires du laboratoire autour de la notion de “mémoires collectives”, cette journée comprendra les interventions de :

  • Hubert de Rivals : “Mémorial de Rivesaltes par l’architecte Rudy Ricciotti, une énonciation architecturale”
  • Quentin Mur : “Mémoire collective et mal d’archive, esquisse pour une contre-anthropologie philosophique”
  • Nathalie Cau : “‘Réserves – La fête de Pourim’ de Christian Boltanski (Bâle 1989) et les festivités de Pourim dans le camp DP de Landsberg-am-Lech en 1946 : carnaval, chimères et performances”
  • Hélisenne Lestringant : “Sur les traces de la Pachamama : les enjeux d’un rituel de mémoire collective”
  • Judith Depaule : “Le théâtre au goulag, gardien d’une mémoire collective”
  • Pauline Donizeau : “Les enjeux politiques de la mémoire du printemps arabe égyptien dans le spectacle Avant la révolution de Ahmed El Attar (2017)”

Plus de détails dans le programme à télécharger ci-dessous (PDF, 1 page).

Au plaisir de vous y retrouver.


Appel à communications

“Mémoires collectives et représentations : arts, transmission et patrimoines communs”

Journée d’études – 06.02.2019


Dans le cadre du séminaire, nous lançons un appel à communications pour une journée d’études intitulée “Mémoires collectives et représentations : arts, transmission et patrimoines communs”, qui se tiendra le 6 février 2019 à l’Université Paris Nanterre. Cet appel est ouvert à l’ensemble des doctorants et récents docteurs issus du laboratoire HAR et d’ailleurs. Par conséquent, n’hésitez pas à le diffuser via vos réseaux.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search